La portée historique de l’art

 

 

L’art existe depuis presque aussi longtemps que l’humanité elle-même. De nombreuses fouilles archéologiques ont d’ailleurs retrouvé des traces des peintures rupestres qu’on peut dater à plusieurs milliers d’années. La plus vieille qu’on ait retrouvé remonte à 35.000 ans ! Et ces peintures pariétales ont permis d’en savoir plus sur les sociétés de l’époque et leur fonctionnement. Car, quelle que soit l’époque, l’art a toujours été une forme de restitution des réalités du moment.

 

L’art pour mieux nous comprendre

Peintures pariétales, œuvres de l’antiquité gréco-romaine, la Renaissance, l’art contemporain, etc. Toutes les formes d’art renvoient à ceux qui les observent, des faits et des réalités en rapport avec l’époque dont elles sont issues. Les peintures pariétales montrent parfois des scènes de chasse de grand gibier. Une activité qui était au cœur même du fonctionnement social à l’époque.

 

Les peintures de l’antiquité gréco-romaine mettent en scène les guerres célèbres, les monarques de l’époque, certaines activités cruciales de l’économie et le panthéon des divinités. De même, les œuvres de la renaissance sont tout aussi éloquentes, non pas uniquement en raison des sujets choisis pour les œuvres picturales, théâtrales ou littéraires, mais aussi en raison des messages moraux, des techniques employées et de divers autres aspects de forme.

 

Encore aujourd’hui, les critiques d’art parviennent à relever dans les créations, les messages sous-jacents. C’est le cas avec les œuvres de graffiti de Banksy qui soulignent souvent le malaise social, l’inégalité ou le refus de l’autorité.

 

Un héritage à préserver

La faculté de l’art à pouvoir restituer certains fragments de l’histoire des sociétés passées, permet d’en savoir plus sur les personnes qui nous ont précédées. Sur leurs priorités, leurs problèmes, leurs aspirations et leurs ambitions. Autant de données qui nous permettent de mieux nous situer à l’échelle de l’évolution de l’humanité.

Il n’est donc pas rare que l’art soit apprécié par les historiens, et que diverses initiatives aient été prises, au niveau des pays mais également au niveau mondial, pour préserver l’art et en faire un patrimoine commun à préserver, transmettre et apprécier. C’est le rôle qui est dévolu aux musées, aux organisations comme l’UNESCO, et souvent même à certains collectionneurs privés.

 

Mais, comme toute création humaine, l’art n’est pas indestructible. Il arrive trop souvent qu’en raison d’idéologies, de catastrophes naturelles, de guerres ou simplement par négligence, des œuvres inestimables soient détruites ou simplement endommagées. Des dégâts qui affectent énormément leur capacité à être des dépositaires de l’histoire de l’humanité.

 

Retour au sommet